dimanche 19 février 2012

Nez Del Rey

Ney Del Rey



On dit beaucoup de mal de Lana Del Rey.
Lana chante mal, Lana s’est fait refaire les lèvres, Lana est une copieuse, Lana ne s’appelle même pas Lana. Quatre allégations, dont une au moins totalement fausse (je vous laisse deviner laquelle, ça peut être amusant) formant une liste non exhaustive.
Personne ne s’est dit « Tiens, on va parler de son nez ». Enfin je veux dire, quitte à être totalement abject avec un souffre douleur collectif, autant accorder ses violons pour ne retenir que l’élément le plus frappant, celui sur lequel personne ne peut fermer les yeux, même par amour*.
Ce nez, mesdames et messieurs, est refait. Bon, ce n’est pas lui qui écrit des chansons, ou qui les chante (bien ou mal, your choice), mais il se trouve pile au milieu de la figure ultra médiatisée de Lana Del Rey.
Alors comment se fait-il que les vautours ne se le partagent pas ? Peut-être la chose est-elle trop évidente pour être débattue pendant des heures, personne ne pouvant décemment nier l’évidence. Mais au moins aurait-on pu en faire un élément à charge supplémentaire dans le procès intenté à son personnage, je ne sais pas.
Après tout, je ne suis pas journaliste. C’est bien dommage, d’ailleurs, j’avais beaucoup à dire sur le Nez d’Adrien Brody (personne ne le sait, mais on lui doit le succès de King Kong).
Autre chose : d’accord, je veux bien acheter son cd pour lui faire plaisir, mais il va falloir m’expliquer pourquoi l’édition limitée (plus chère, donc) est beaucoup plus fragile que l’édition normale. Je pense qu’on a voulu nous vendre un objet « toucher satin ».
J'ai beau avoir su développer tous mes sens depuis ce jour où on a voulu me faire manger un soufflé aux crevettes sans m'en dévoiler le contenu, je vais être franche avec vous: l'effet est loupé.
Autant vous dire que j'ai présenté l’album à ma sœur ainée, magistrate avisée dont le jugement sur ce point était attendu avec la plus grande impatience.Voici ce qu'elle m'apprit : "Mais si, c'est tout lisse ! Et il y a des reflets, en plus." Ma sœur n'avait pas retiré le plastique. Je ne sais pas si vous vous rendez compte, mais cette femme statue sur l'avenir de milliers de personnes; ça m'inquiète un peu.
Et je ne restitue pas les commentaires désagréables prononcés sur le physique de Lana Del Rey, nous savons tous que c’est la façon qu’ont les femmes entre elles de se complimenter en dehors de tout contexte lesbien (ce qui discrédite au passage 50% des torchons –pardon, articles- écrits sur son compte).
De toute façon, que vous aimiez Lana Del Rey ou pas, il va falloir faire avec : elle est partout.
En achevant la lecture du commentaire de Juliette Lewis (« Wow ! On dirait une gamine de douze ans qui fait semblant d’être une chanteuse devant sa glace. »), je me suis dit que toute cette médisance peinait à dissimuler l’immense affection que nous avions pour elle.
Chaque nouvelle pique alimente l’abondance de choses écrites sur Lana, petit pixel supplémentaire que personne ne discernera bientôt plus, quand le portrait sera parfaitement dessiné.
Et pourquoi écrit-on tellement sur elle ? Parce qu’elle a du talent.
Voici, mesdames et messieurs, ce qui se passe réellement dans vos journaux ou dans toute autre publication dédiée: on dit beaucoup de bien de Lana Del Rey.










*L’amour ne rend pas aveugle, il rend simplement incapable de réagir à ce qu’on voit. Prenez note, et sortez en ordre.