mardi 20 décembre 2011

Dandy




Dandy



_ « Je ne comprends pas pourquoi ce Nicolas n’a pas voulu de ma fille ! déclara Mme Sanvi, à l’endroit du jeune homme gracile qui se tenait adossé au mur avec un livre de poche fatigué.

_ C’est malheureux , concéda Mlle Hope. Mais elle n’alla pas jusqu’à attribuer ce malheur à la stupidité de la fille de Mme Sanvi.

_ Ce jeune homme doit certainement avoir hérité du mauvais goût de sa mère, je ne l’explique pas autrement. On voit par là que l’argent ne fait pas tout. »
Mme Sanvi pinça les lèvres, et, du fond de son cœur, elle savait que personne ne lui demanderait de les rouvrir si elle n’en prenait pas la liberté.
« Enfin, moi ce que j’en dis, c’est que les jeunes d’aujourd’hui n’ont rien à voir avec ceux d’hier.» allongea-t’elle alors pathétiquement avant d'émettre un petit soupir désapprobateur.

C’est une fois le devoir accompli que les deux femmes, d’un accord tacite, se turent pour observer le fessier charpenté du beau jeune homme, qui avait tout entendu.
Sourire en coin et démarche féline, il referma alors son livre pour aller conquérir le monde.

“Les chiens ont des maîtres, les chats ont des serviteurs.”
Dave Berry

Quittant le salon de thé, Nicolas regretta seulement que ses serviteurs aient si peu de conversation.



vendredi 19 août 2011

Araignées

Araignées




J’ai souvent observé, en tapinois, les mains de mes amantes. Sans pourtant avoir les yeux de Chimène, je leur reconnaissais cette beauté singulière capable de rendre un homme fou. La vie d’une femme se reflète sur ses mains… Soignées, ou triste témoignage de l’incurie souvent observée chez celles qui sollicitent mon assurance pour rétablir la leur, je les imagine repousser le soudard aviné, froisser tendrement la chevelure ordonnée d’un amant gourmé, ou empoigner avec force le mari trompé, trop exalté pour y percevoir l’agressif ennui de sa femme.
Les femmes se servent de leurs mains sur moi comme si j’étais tous ces hommes à la fois. Et, de fait, dans un ordre pas toujours très cohérent…
Je ne leur en veux pas de ne pas savoir qui je suis.
Alors je les laisse me tester, me malmener, aussi extravagante que puisse paraître la chose quand elle succède à la passion génésique. C’est peut-être aussi ça, faire l’amour. Toutes griffes dehors… Triste arsenal.
J’aime ces mains pour ce qu’elles m’offrent de toutes les femmes qui m’aiment et me punissent d’un même élan…
Leur sang sur les miennes.

vendredi 22 avril 2011

Hybrides et Citadine sortent le 27 avril !




Un grand merci à Ood Serrière, Robi Pena et Eric Le Berre !

Pour avoir d'ores et déjà reçu mes exemplaires auteur, je peux vous assurer qu'ils sont tout à fait convenables, pour ne pas dire géniaux. Et vous pouvez me faire confiance, je suis quelqu'un de très objectif.

Les deux livres paraîtront le même jour, mercredi 27 avril... Faux jumeaux, mais inséparables (il faut donc adopter les deux, c'est très important). Et n'allez pas demander à votre libraire de vous faire un prix, ne me faites pas honte.

Quand toutes ces formalités seront réglées, je me ferai une joie de dédicacer vos exemplaires.

J.