lundi 21 janvier 2013

Ethique de la gentillesse.


Ethique de la gentillesse,

Article 134-549-67, verset 5, alinéa 8, chapitre 12, 1er commandement
 

 


L’opportunité nous est offerte, chaque jour, de donner un peu d’amour et de tendresse à ceux qui en manifestent les carences autour de nous (charge à chacun de définir un périmètre). Mais comme la tâche s’avère parfois pénible, il arrive que toute cette fabuleuse énergie positive ne soit pas correctement distribuée, alors on en remet un peu à plus tard, comme on laisse tremper une poêle en sachant très bien que quelqu’un d’autre finira la vaisselle (un petit frère corruptible, un conjoint redevable) . Mais j’assiste ces temps-ci à un spectacle étonnant, que je croyais, dans ma touchante naïveté, procéder d’un phénomène relativement rare : des individus jetant leur bienveillance par les fenêtres. Des irresponsables béats d’admiration pour leur propre détermination à faire le bien, et qui ne souffrent aucune discussion quant au bien-fondé de ce qui les motive. Et l’on assiste à une distribution anarchique de bons sentiments sans ordonnance, dont certains particulièrement nuisibles.

La vie nous prive de beaucoup de choix. Aussi m’interrogerai-je sur ceux qui nous restent : 

Faut-il vraiment offrir sa gentillesse excédentaire aux personnes stupides ?

J’invite chaque individu sensé à me rejoindre pour sonner le tocsin, et veiller à l’anéantissement de tout élan de philanthropie mal ciblé dont il serait le témoin. Ou bien il ne nous faudra pas beaucoup de temps pour voir les démonstrations de sympathie abonder en direction de Christine Boutin ou de Mathilde Seigner. Entendons-nous bien, je n’ai rien contre les gens stupides. J’ai même de très bons amis stupides, la question n’est pas là. Je refuse simplement qu’ils puissent jouir des mêmes droits que les autres, dussent-ils représenter la moitié de la population. Je ne remiserai pas mon intégrité intellectuelle au profit d’une telle perte de temps.

Afin d’offrir une alternative raisonnable aux bonnes âmes désœuvrées, ma proposition sera donc la suivante : attachez-vous à réconforter les gens moches, ils sont tout aussi nombreux (ce qui vous permettra quand même de garder un œil sur Christine Boutin et Mathilde Seigner -ne me remerciez pas).

Non mais sans blague.